Rechercher

A mes enfants - [Lettre Ouverte]



Lettre ouverte


16 Novembre 2020



A Xuân et Kiêm, 

Lors de vos 17 et 20 ans


On dit que nul ne sait ce que l’avenir nous réserve, pas vrai ? Dans ce grand chemin qui est la vie, on a parfois besoin d’un peu de réconfort pour avancer. Alors, j’espère que ces quelques mots vous feront esquisser un léger sourire, où que vous soyez, quoi que vous faites. 


Je vous écris 15 ans dans le passé. Aujourd’hui vous venez de souffler les bougies de vos 2 et 5 ans. Je m’amuse à vous voir émerveiller quand vous partez à la découverte du monde qui vous entoure, avec les gestes bancals qu’ont les enfants de cet âge. Ce que j’admire chez vous en ce moment, ce sont vos yeux remplis d’étoiles lorsque vous regardez les œuvres d’art des musées contemporains qui, à travers vos yeux d’enfants, doivent ressembler à des grands jouets mal agencés.


J’espère que plus tard, vous garderai cette envie d’apprendre et cet émerveillement pour les choses les plus simples. Bien sûr, je vous souhaite de rire à en pleurer, de danser jusqu’au bout de la nuit, de tomber amoureux et de vous lever chaque matin avec un soleil qui brille de mille feux dans le cœur. Mais je vous souhaite aussi d’échouer, de vous tromper, de tomber, de pleurer et, parfois, d’être en colère, car ce n’est qu’en tombant que vous réussirez à vous relever, plus fort et plus courageux qu’avant.


J’espère vous avoir donner assez d’ambition et de liberté pour que vous ayez l’envie de réaliser vos rêves les plus fous. Et, si ce n’est pas le cas, je vous dis aujourd’hui, n’ayez pas peur. Le vrai échec est de ne pas avoir essayé. Je ne peux pas prédire quelle sera notre relation dans le futur, mais, une chose est sûr, je croirai toujours en vous, quoique vous devenez, quoi que vous ferez. 


Bien sûr, il y a dû y avoir des moments où je vous ai semblé injuste dans mes décisions en tant que mère, et, parfois, j’ai dû vous faire pleurer en haussant un petit peu trop la voix. Pardon. Ne m’en voulait pas, ou alors, pas trop longtemps. Je ne prétends pas être une maman parfaite et je sais que je ne le serai jamais. La perfection n’existe pas, et je suis sûre que les jeunes gens que vous êtes devenu aujourd’hui, le savent. 


La vie pourra vous sembler injuste parfois. Je ne pourrai pas toujours vous protéger contre les épreuves et les accidents de la vie. J’espère simplement vous avoir donné un cadre et des repères où vous vous sentez aimé et entouré. Et je souhaite, qu’en cas de coup dur, vous sachiez revenir à vos racines. Je peux être un peu bête parfois à douter de vous, mais sachez que je serai toujours là pour vous faire sourire et essuyer vos larmes.


Merci. Merci à vous deux d’être rentré dans ma vie. Merci de m’avoir fait redécouvrir mon âme d’enfant qui s’estompe souvent en devenant adulte. Merci. Merci pour tout les souvenirs que vous m’avez donné. Rien qu’en y pensant, je ne peux m'empêcher de sourire. Sachez que si je me bats aujourd'hui, si je travaille tard le soir et les week-ends, c’est aussi pour vous. J’espère vous avoir donné les clés pour vivre une vie où la pluie ne dure jamais bien longtemps. 


Je vous souhaite d’être heureux.


Je vous aime.

Maman



7 vues
  • Facebook Black Round
  • Pinterest - Black Circle
  • Instagram Black Round

© 2020 by Bi Ethic

JOIN OUR NEWSLETTER

SECURE PAYMENTS

MENTIONS LEGALES

LEGAL NOTICES

CONTACT : 

biethic@bardou.eu 

+33 6 52 53 55 56

36 C rue Chanzy - 11 100 Narbonne - FRANCE